030536

[CRITIQUE CINÉ #20] La rage au ventre

rage_banniereS’agira t-il du film de la consécration pour Jake Gyllenhaal ? L’acteur qui s’est dernièrement illustré dans Night Call, interprète un boxeur qui voit sa vie basculée suite à la mort de sa femme. Tombant dans une spirale infernale, il va se voir retirer la garde de sa fille.

On ne peut pas dire qu’Antoine Fuqua fasse en général dans la finesse. De l’intense Training Day à L’élite de Brooklyn, en passant par Equalizer, le réalisateur s’est forgé une certaine marque de fabrique, pas toujours, voire rarement, subtile. Dans La Rage au Ventre, le réalisateur revisite un sport qui fait figure de mode pour le cinéma américain : la boxe. Le cinéaste n’a ni plus ni moins repris les codes du film de boxe en y ajoutant son propre style. Ce qui donne lieu à un film long, sans grande consistance qui n’évite pas le clichés. Le scénario un peu bancal laisse finalement peu de place à la boxe. Il est difficile de parvenir à trouver l’intensité et l’émotion que l’on pouvait attendre. La Rage Au Ventre passe finalement peu de temps sur les rings et dans les salles de boxe, mais davantage dans des scènes entre le père et la fille. Rocky par exemple, réussissait merveilleusement à traiter de l’immigration, l’intégration, de l’ascension sociale tout en étant un pur film de boxe ultra captivant et attachant. La Rage Au Ventre ne trouve pas le même équilibre et se noie dans le patos trop facile. Les rares scènes de combats sont maîtrisées mais peu spectaculaires.

Un casting trois étoiles

Tout l’intérêt du film réside dans son casting. Après Night Call et Prisoners Jake Gyllenhaal se révèle encore un peu plus et prouve bien qu’il est l’un des meilleurs acteurs de sa génération. Il crève l’écran par sa présence et impressionne de par sa transformation physique. Rachel McAdams fait une apparition courte mais remarquée. Elle est le pilier de l’histoire. Antoine Fuqua confirme sa capacité de formidable directeur d’acteur après avoir déjà conduit Denzel Washington à l’Oscar en 2001 pour Training Day.

La Rage Au Ventre n’est pas vraiment une histoire de boxe mais plus celle d’un père de famille qui va tout faire pour retrouver un certain équilibre auprès de sa fille. Un long métrage convenu où les sentiments prennent le pas sur le sport. Malgré la brillante prestation de Jake Gyllenhaal, le film vit dans l’ombre de des cultissimes Rocky, Raging Bull, Million Dollar Baby, Fighter

Une réflexion sur “[CRITIQUE CINÉ #20] La rage au ventre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *