spotlight-movie-banner

[CRITIQUE CINÉ #24] SPOTLIGHT : LE JOURNALISME MIS A L’HONNEUR

maxresdefaultÉlu meilleur film de l’année par les journalistes professionnels de Los Angeles et Boston, Spotlight s’annonce comme un sérieux concurrent dans la course aux Oscars.

De Bas Les Masques aux Hommes Du Président, les américains se passionnent depuis toujours pour les films de journalisme. Spotlight le nouveau film de Tom McCarthy, revient sur un scandale qui a ébranlé la ville de Boston. En 2002, 4 journalistes de la cellule Spotlight, ont publié un article sur des affaires d’abus sexuels au sein de l’Eglise. Leur enquête a d’ailleurs été récompensé du prix Pulitzer. Nommé aux Oscars, Spotlight est un film à la réalisation simple. Ce n’est pas un objet cinématographique en soi. La lumière est sobre. La succession de plans fixes, champ-contrechamp, créée une véritable impression de réel. On est plus dans un documentaire que dans un film de fiction. Une grande partie des scènes a par ailleurs été tourné dans les vrais locaux du journal.

timthumb

Les acteurs et les journalistes qui ont inspiré le film

Hommage au journalisme

Le film se focalise principalement sur l’aspect journalistique. Le réalisateur a réussi avec brio à montrer le travail de fourmi qu’opère chaque membres de la cellule -les innombrables appels téléphoniques infructueux, les allées et venues entre le journal, la Palais de Justice et le bureau de l’avocat- mais aussi à faire ressentir la l’atmosphère solidaire qui règne à la rédaction. Outre la détermination, l’autre grand atout de l’équipe réside dans la complémentarité de ses membres qui savent tous qu’ils ont un rôle essentiel dans le déroulement l’enquête.
Les victimes vont avec retenue, se manifester. S’il ne fait preuve d’aucune fausse pudeur, le cinéaste évite les flash-back et va très concrètement aux faits. Les témoignages et la reconstitution des faits donne de l’envergure au traumatisme. Dans ce film subtil qui ne tombe jamais dans le drame, tout le monde partage une part de responsabilité : des avocats à qui l’argent de l’Eglise a profité aux journalistes qui ont délibérément minimiser l’affaire et refusé d’y consacrer d’avantage qu’une chronique. Jusqu’au jour ou le nouveau rédacteur en chef (l’excellent Liev Schreiber) va briser la loi du silence. L’interprétation générale est bonne. Le thème du film ne permet pas de fulgurances. Mark Ruffalo se détache du groupe et offre une performance poignante. On sent son personnage concerné par l’histoire. Comme s’il avait été l’une des victimes.

Poignant et engagé, Spotlight est un film hommage au journalisme d’investigation. Sans jamais tomber dans le pathos et grâce à des discours intelligents, le long métrage se révèle être un formidable film d’enquête où personne n’est épargné. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *