l

[CRITIQUE CINE #5] Birdman ou la surprenante vertu de l’ignorance

birdman-movie-still-12Synopsis : À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego.S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir…

C’est le grand retour au cinéma de Michael Keaton. L’acteur connu pour avoir joué Batman revient plus fort que jamais dans cette comédie complètement loufoque. Il incarne un has-been qui après avoir connu la gloire en interprétant un super-héros, tente de renouer avec le succès. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Car si Michael Keaton est d’une telle justesse c’est bien car son parcours n’est pas si éloigné de celui de son personnage. Le réalisateur Alejandro Gonzalez Iñárritu a d’ailleurs déclaré à ce sujet : « Il est l’un des rares acteurs à avoir traversé la même chose que le personnage ». Edward Norton, qui a vieilli depuis Fight Club, joue encore à merveille ce mec qui peut en mettre plein la vue au premier coup de projecteur, mais n’est au fond pas plus heureux que les autres. D’ailleurs, sa présence éclipse parfois celle de Michael Keaton. Emma Stone crève l’écran par son regard et ses réactions à vif.

_AF_6405.CR2

Un style particulier

Si l’histoire n’est en soi pas très original, le style du film lui l’est. La succession de plan séquence qui permet une certaine fluidité, inscrit l’histoire dans une certaine chronologie. On a l’impression que le film se déroule sur une journée sans interruption. Alejandro González Iñárritu se met à hauteur de ses héros. Il amorce des virages serrés dans les couloirs, ce qui donne l’impression d’être enfermés avec eux. On est en quelque sorte plongé dans l’atmosphère de ce film, on se met dans la peau du héros, on stresse avec lui. Tout ça, rythmé par un solo de batterie qui s’emballe à chaque fois que les émotions de Riggan éclatent.

birdman-4-1024x553

Birdman est un film à voir. D’une part car il a reçu l’Oscar du meilleur film mais aussi car c’est une réussite tant sur la forme que sur le fond. Il montre avec une certaine nonchalance tout en restant cynique, le mal être que vivent ces acteurs qui ne veulent pas être oubliés.

Irez-vous voir Birdman ?

2 réflexions sur “[CRITIQUE CINE #5] Birdman ou la surprenante vertu de l’ignorance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *