maxresdefault

[CRITIQUE CINE #10] Mad Max-Fury Road : Rien Hardy !

MadMax_FuryRoad_trailer30 ans après, Mad Max est de retour pour une folle course de deux heures à travers le désert.

Synopsis : Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

Annoncé en 2003, reporté en 2010 puis en 2012, on pensait à ce rythme que Mad Max : Fury Road ne verrait jamais le jour. Après un peu plus d’une décennie, le quatrième volet de la saga de George Miller débarque enfin en salle. Et le résultat est à la hauteur des images dévoilées dans les nombreuses et parfaites bandes annonces. L’intrigue est basique mais efficace. Toute la beauté du film réside dans ses spectaculaires scènes d’action. 3 scènes de 30 minutes, qui balancent en pleine face un plan jamais vu au cinéma ou totalement ahurissant. Le film offre quand même quelques minutes de répit, sorte de parenthèses parfois inattendues et détonnant avec le reste du film. tumblr_noqfwnq9iV1taf7kmo1_500

Un univers particulier

Georges Miller a su faire revivre son Mad Max. Il réussit une adaptation en phase avec son temps, ringardisant tous les blockbusters et films de super héros. Pas de surenchères d’effets grossiers numériques mais un travail artisanal. La majorité du film a été tourné en extérieur dans le désert.  La quasi-totalité des cascades (80% selon les dires de Miller) présentes à l’écran ont été réalisées devant la caméra. Mad Max s’inscrit dans un univers très particulier et offre une photographie magnifique.

Un casting impeccable

Tom Hardy l’acteur caméléon est le digne héritier de Mel Gibson. Il n’a pas besoin de parler, sa seule présence à l’écran suffit. Mais si Max est le héros, les femmes sont elles aussi mises à l’honneur. Charlize Theron s’offre ici un de ses plus beaux rôles. Elle est impériale dans la peau de Furiosa. Max trouve en elle son alter ego féminin, son égale et c’est ce duo qui est au cœur du film. mad-max-fury-road-rosie-models Avec ce film Georges Miller opère un retour en force fracassant ! Mad Max-Fury Road se vit, se ressent. C’est une expérience à la fois visuelle et auditive. Accrochez vos ceintures et préparez vous pour cette course-poursuite désertique basique mais diablement efficace et jouissive qui laisse totalement béat. Actuellement au cinéma.

2 réflexions sur “[CRITIQUE CINE #10] Mad Max-Fury Road : Rien Hardy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *