14030302523417207912030403

Oscars 2015 : débrief d’une cérémonie un poil trop politique

L'équipe du film Birdman

L’équipe du film Birdman

Comme tous les ans avait lieu la traditionnelle cérémonie des Oscars, récompensant les meilleurs films, acteurs/actrices (palmarès). Une cérémonie marquée cette année par des discours militants très forts faisant écho à l’actualité sensible de ces derniers temps.

Après Ellen DeGeneres, c’est à Neil Patrick qu’est revenu la lourde tâche de présenter l’une des plus grandes messes du septième art. Connu pour son rôle de Barney Stinson dans la série How I Met Your Mother, l’acteur n’était pas à son premier coup d’essai. En effet, il était en 2011, le présentateur des Tony Awards qui récompensent le meilleur du théâtre américain. On pouvait alors s’attendre à un show spectaculaire, ce qui n’est hélas pas le cas. La cérémonie avait pourtant bien commencé avec un opening digne des plus grandes comédies musicales de Broadway. Mais au fil de la soirée, le présentateur ne s’est pas mouillé et s’est contenté de petites blagues parsemées par ci par là dont lui seul à le secret. On retiendra néanmoins cette séquence hilarante où il rejoue l’une des scènes du film Birdman, arrivant sur le plateau en slip.


La soirée des revendications

C’est généralement la partie la plus ennuyeuse des cérémonies de remise de prix, mais cette année les discours de remerciement ont presque volé la vedette au palmarès. Les lauréats des 87e Oscars se sont succédés sur scène avec des déclarations chocs qui ont électrisé le parterre et les réseaux sociaux. Lauréate de l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Boyhood, Patricia Arquette a déclaré: «À toutes les femmes qui ont enfanté, à tous les contribuables et à tous les citoyens de ce pays, nous nous battons pour l’égalité des droits. Il est temps pour nous les femmes, d’obtenir l’égalité salariale et l’égalité des droits aux États-Unis.» Une déclaration saluée par Meryl Streep qui a brandi le poing. Les disparités salariales sont aussi vraies dans le monde du cinéma, comme l’a révélé l’attaque informatique contre les studios Sony Pictures l’année dernière. S’en est suivi des les interprètes de Glory, la chanson de Selma, ont prononcé le discours le plus applaudi de la soirée. Ils ont fait pleurer aussi bien Chris Pine que David Oyelowo qui campe Martin Luther King dans Selma. «Nous avons chanté à Selma, sur le pont où a marché Martin Luther King. Jadis, ce pont était un symbole d’un pays divisé, maintenant il représente le changement. Ce pont transcende les races, les religions, les orientations sexuelles. Il relie ce gamin de Chicago qui rêve d’une meilleure vie à ceux en France qui se battent pour la liberté d’expression, en passant par ceux qui manifestent à Hong Kong pour la démocratie», a déclaré Common. Alejandro Inarritu, le réalisateur acclamé de Birdman a dédié ses statuettes à son pays natal, empêtré dans la corruption et la violence: «J’espère que nous aurons le gouvernement que nous méritons.» Des déclarations saluées par les internautes.

La politique avant le cinéma

Mais tous ces discours ont-ils leurs places dans une cérémonie récompensant le meilleur du cinéma ? Depuis de nombreuses années, il est plus question de politique que de cinéma. Par exemple la polémique autour du film Selma nominé pour l’Oscar du meilleur film. En effet, aucun acteur, pas même l’acteur principal ne fut nominé. Un mini-scandale a alors éclaté remettant en cause le manque de diversité parmi les votants. C’est assez drôle quand on sait que l’Académie a décerné l’année dernière année l’Oscar du meilleur film à 12 Years a Slave et l’Oscar du meilleur second rôle féminin à Lupita Nyong’o. Cette grande institution qu’est les Oscars n’est plus qu’une soirée où il est question de parler politique et non plus du cinéma en lui-même. Une cérémonie qui fait dans le politiquement correct, le pathos. On est bien loin du « show à l’américaine » que l’on adore tant.

« Glory » – John Legend & Common. BO du film Selma

Avez-vous regardé les Oscars ? Vos avis ?

4 réflexions sur “Oscars 2015 : débrief d’une cérémonie un poil trop politique

  1. faivre dit :

    Bel article, mais je vous trouve un peu sévère. Nous ne sommes pas tous des cinéphiles avertis. Au moins on comprend un peu mieux les enjeux de cet art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *